Autres informations et services officiels: www.belgium.be  belgium

Séjours à l’hôpital [1]

Infograph FR B1

Il existe plusieurs types de séjours à l’hôpital ou de contacts avec l'hôpital. Pendant une hospitalisation de jour, le patient vient à l’hôpital sans y passer la nuit, contrairement à l’hospitalisation classique où le patient reste au moins une nuit à l’hôpital et/ou lorsque le prix d'une journée de soins infirmiers est facturé. Un séjour via les urgences peut vouloir dire un contact sans hospitalisation (ci-après appelé « contacts ambulatoires avec les services des urgences ») tout comme un contact suivi d’une hospitalisation (de jour ou classique). Dans certains cas, un patient séjourne plusieurs fois au cours d’une année pour traiter une maladie spécifique (par exemple pour des chimiothérapies contre le cancer) ou encore des causes diverses.

 

[1] Source : les données chiffrées du « Résumé hospitalier minimum (RHM) ». Les types de séjour suivants n'ont pas été retenus : séjours non terminés (sauf pour la première période de séjour de longue durée), séjours entièrement psychiatriques, séjours des nouveau-nés pour lesquels le séjour n'a pas été facturé, séjours pour lesquels le sexe du patient n'a pas pu être déterminé, séjours en hospitalisation de jour pour lesquels une somme forfaitaire ou un mini-forfait ont été facturés ou aucun forfait n'a été facturé.

Les soins infirmiers dans les hôpitaux généraux [1]

Les soins infirmiers dans nos hôpitaux belges sont diversifiés. Dans une tentative de mieux comprendre cette multitude d’informations concernant les soins infirmiers, nous avons subdivisé l’ensemble des soins dispensés aux patients en 5 grands groupes de « types » de soins infirmiers. Quand on examine les soins prodigués aux patients au cours de leur séjour à l’hôpital, deux grands groupes se distinguent immédiatement. Le groupe lié à des soins très « techniques » (environ 10 % des périodes de soins) et un groupe où les soins sont moins techniques mais regroupent un large éventail de soins “de base” (les 90 % restants). Les soins de base peuvent être décrits comme un soutien infirmier dans le cadre des besoins des activités de la vie quotidienne en général (ADL) notamment au niveau de l’alimentation, de l’hygiène, des déplacements, etc. Les actes techniques, eux, sont des prestations qui peuvent aller d’une prise de sang à la ventilation du patient.

Si on devait classer les groupes de soins de la catégorie des soins de base à celle des soins les plus techniques, on verrait que le nombre des actes infirmiers et la charge que représentent les soins en termes de compétence du personnel infirmier et de temps consacré à ces soins sont en constante augmentation.

Ces cinq grandes catégories correspondent approximativement au système de regroupement des Nursing Related Groups (NRG) (profils de soins infirmiers) qui sert de base au financement des soins infirmiers chirurgicaux, de médecine interne et pédiatriques. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

Soins de base – Bas Soins de base – Moyen Soins de base – Haut Soins techniques – Moyen et haut

Cela inclut les patients qui sont relativement autonomes et qui ne font que l'objet d'un suivi infirmier.

Ce type de soins est caractéristique des services de maternité, de rééducation, des maladies infectieuses et des services de diagnostic et de traitement.

On y trouve les patients qui sont aidés dans le cadre de leurs activités, p. ex. pour se laver ou manger.

Ce type de soins est caractéristique aux salles de réveil, de travail et d'accouchement et dans les services généraux de diagnostic et de traitement.

On y trouve les patients qui ont souvent besoin d'une aide complète dans le cadre de leurs activités, p. ex. pour se laver, s'habiller et manger. L'administration de soins plutôt techniques est limitée.

Ce type de soins est caractéristique des services de néonatologie, de gériatrie, de pédiatrie et dans les unités de soins palliatifs.

Ce type de soins est principalement dispensé aux jeunes enfants et aux seniors.

Cela inclut les patients qui se distinguent par le nombre élevé de soins techniques qu’ils reçoivent. Ces patients prennent beaucoup de médicaments, peuvent être ventilés et sont suivis de près par un(e) infirmier(ère). Ils reçoivent également de nombreux soins de base.

Ce type de soins est caractéristique des soins intensifs et des centres des grands brûlés.

 

 

Caractéristiques générales :

  • L'âge moyen des patients se situe entre 73 et 94 ans.

Les actes infirmiers les plus caractéristiques :

  • Les soins relatifs aux excrétions urinaires et fécales
  • Les soins relatifs à la mobilité
  • Aide pour manger et/ou boire
  • Soutien des soins d'hygiène
  • Prévention des escarres

 

Les actes infirmiers les plus caractéristiques de ce groupe sont : 

  • Soins post-partum spécifiques (p. ex. surveillance de la hauteur de l'utérus, pertes vaginales, etc.)
  • Éducation structurée spécifique (par exemple, éducation dans le cadre de l'allaitement maternel, du bain au bébé,...)
  • Soins des plaies à une suture (p. ex. épisiotomie)

 

Les actes infirmiers les plus caractéristiques de ce groupe sont :

  • Soins relatifs aux excrétions urinaires et fécales
  • Soins relatifs à la mobilité
  • Suivi bilan alimentaire et hydrique
  • Soins des plaies à une suture ou un point d'insertion (p. ex. cordon ombilical)
  • Soins kangourou
 
   _____________________________________________________________________

[1] Source données numériques: DI-RHM 2017

Les diagnostics les plus fréquents dans les hôpitaux généraux

Le graphique ci-dessous illustre les nombres de séjours (hospitalisation classique et de jour réunies) pour les dix groupes des diagnostics principaux selon la classification ICD-10-CM1 et ce pour tous les âges. Il faut garder à l’esprit qu’au cours d’une même année, un patient peut séjourner en hôpital plusieurs fois pour une même raison ou pour des raisons différentes.

Sachant cela, les maladies de l’appareil digestif viennent en tête de classement avec dans ce groupe, des problèmes dentaires, gastriques ou intestinaux comme diagnostics les plus fréquents. Les séjours liés à la chimiothérapie et à l’immunothérapie viennent en 2ème position. Les maladies du système nerveux se trouvent en 3ème position avec comme diagnostics les plus fréquents la prise en charge des douleurs chroniques, des troubles du sommeil ou des épilepsies.

Un nombre plus élevé de femmes que d’hommes est traité pour des troubles du système ostéoarticulaire; ce rapport entre les sexes est inversé dans le cas des maladies du système circulatoire.

[1] Chapitres de l’ICD-10-BE, en prenant en compte uniquement la chimio- et immunothérapie pour le chapitre XXI (62%). Les autres séjours de ce chapitre n'ont pas été inclus dans l'analyse.