Maladies Non Transmissibles

Contenu

Résumé

Plus d'un Belge sur quatre déclare vivre avec au moins une maladie chronique et la probabilité de signaler ces maladies augmente fortement avec l'âge. La prévalence des maladies chroniques est généralement plus élevée chez les personnes moins instruites.
Les six maladies chroniques les plus fréquemment signalées dans la population sont les lombalgies, l'hypertension, les allergies, l'arthrose, l'hypercholestérolémie et les troubles du cou. La prévalence des maladies chroniques les plus fréquentes a augmenté entre 1997 et 2018, principalement en raison du vieillissement de la population. Cependant, certaines maladies chroniques ont augmenté avec le temps, même après correction pour tenir compte de l'âge, à savoir les troubles de la thyroïde, le diabète et les allergies.
Les troubles de la santé mentale constituent une priorité de santé publique car ceux-ci entrainent également des répercussions dans la santé physique et sociale de la personne et de son entourage. En 2018, environ une personne sur dix souffrait d'un trouble anxieux et/ou d'un trouble dépressif. Alors que la consommation de sédatifs (somnifères ou tranquillisants) diminue depuis 2008, la consommation d'antidépresseurs continue d'augmenter. La plupart des indicateurs ont montré une meilleure situation en région flamande.
Le suicide est un problème de santé publique important en Belgique. Le taux de mortalité par suicide est particulièrement élevé en Belgique par rapport aux autres pays de l'UE-15. Il est également 2,5 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Le suicide est l'une des principales causes de décès chez les jeunes en Belgique. Les pensées suicidaires et les tentatives de suicide sont plus fréquentes chez les femmes, les personnes d'âge moyen et les personnes du groupe d'éducation le plus bas.
Outre les informations auto-déclarées issues de l'Enquête de Santé, des informations objectives sur des certaines maladies chroniques spécifiques sont disponibles dans des registres ou des bases de données administratives. C’est notamment le cas pour le cancer et le diabète.
En 2017, 68.702 nouveaux diagnostics de cancer (à l'exclusion des cancers de la peau non- mélanomes) ont été établis, dont 36.977 chez les hommes et 31.725 chez les femmes. Le nombre de nouveaux diagnostics de cancer a augmenté tant chez les hommes que chez les femmes au cours des dix dernières années, principalement en raison du vieillissement de la population. Après ajustement pour l'âge, l'incidence n'a augmenté que chez les femmes en Régions flamande et wallonne. Bien que le cancer soit légèrement plus fréquent en Région flamande, l'incidence ajustée pour l'âge est la plus élevée en Région wallonne. En 2017, les cancers de la prostate, du poumon et colorectal chez l'homme étaient les cancers les plus souvent diagnostiqués, tandis que les cancers du sein, colorectal et du poumon étaient les cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez la femme. Au cours des 10 dernières années, l'incidence du cancer du poumon a augmenté de près de 50% chez les femmes.
En 2017, 6,1% de la population belge était atteinte de diabète, soit environ 720.000 personnes. La prévalence du diabète augmente en raison à la fois du vieillissement de la population et d'une augmentation réelle de l’incidence du diabète. La prévalence du diabète (corrigée pour l’âge) est plus élevée en Wallonie et dans la Région de Bruxelles-Capitale qu'en Région flamande et plus élevée chez les personnes à faible revenu.