Mortalité infantile

1. Messages clés

En 2016, le taux de mortalité infantile était de 3,2 pour 1000 naissances vivantes ; cela est comparable à la moyenne de l’UE-15. La mortalité infantile a fortement diminué au cours des dernières décennies, les taux sont comparables dans les trois régions.

2. Introduction

La mortalité infantile mesure la mortalité des enfants en dessous de 1 an. Cela reflète à la fois les conséquences des évènements périnataux et la mortalité après la période périnatale, souvent évitable. Ce taux est hautement corrélé au niveau de développement du pays, la qualité des soins médicaux, les services de prévention et les interventions de promotion de la santé.

Il a depuis longtemps été observé que la mortalité infantile était plus élevée chez les garçons dans la plupart des pays du monde [1]. L’explication est complexe, elle inclut des facteurs biologiques et génétiques aussi bien que des facteurs environnementaux et comportementaux qui interagissent pour produire une différence persistante de mortalité au cours de l’enfance et plus tard [2;3].

Le faible nombre de décès infantiles au niveau régional produit de grandes variations dans les taux annuels. Par conséquent, les comparaisons de taux et de tendances sont plus pertinentes sur les taux lissés. Dans ce rapport, on utilise une moyenne mobile sur les 5 dernières années.

Les taux de mortalité infantiles sont parfois publiés plus tôt par les organisations internationales que par Statbel : en effet, les organisations internationales ne publient que les taux nationaux. Au niveau belge, la ventilation régionale des taux de décès nécessite de réattribuer les événements (naissances et décès) de fait (de la région où ils se sont produits), vers la région de droit (la résidence officielle).

3. Taux de mortalité infantile

Belgique

En 2016, le taux de mortalité infantile était de 3,2 pour 1000 naissances vivantes. La mortalité infantile a diminué de 40% entre 1998 et 2016 (taux respectifs de 5,3‰ et 3,2‰).

Le taux était de 2,4‰ chez les filles et de 3,9‰ chez les garçons, soit un écart absolu de 1,6‰ et un ratio des sexes de 1,7. Ces écarts de sexes dans le taux de mortalité fluctuent au cours du temps en raison du petit nombre de décès infantiles, néanmoins ils étaient particulièrement élevés en 2016.

Après lissage, l’écart de mortalité entre les filles et les garçons persiste (respectivement de 2,9‰ et 3,9‰).

  • Brut
  • Lissé

Taux brut de mortalité infantile (‰) par sexe, 1998-2016
Source : Statbel [4]

Taux de mortalité infantile lissé (‰) (moyenne mobile de 5 ans) par sexe, 2002-2016
Source : Calcul des auteurs sur base de Statbel [4]

Tendances et différences régionales

Les taux de mortalité infantile dans les 3 régions étaient similaires en 2016: 3,1‰ en Flandres et à Bruxelles et 3,3‰ en Wallonie.

Après lissage, les taux étaient similaires en Flandres et en Wallonie (autour de 3,5‰) et un peu plus bas à Bruxelles (2,9‰) ; cela doit être confirmé sur une plus longue période avant de conclure à une différence réelle vu que les chiffres de mortalité infantile à Bruxelles sont très bas.

Une forte diminution a été observée dans toutes les régions. A Bruxelles, les taux étaient plus élevés que dans les autres régions jusqu’en 2009, après ils ont fortement diminué.

  • Brut
  • Lissé

Taux brut de mortalité infantile (‰) par région, 1998-2016
Source : Statbel [4]

Taux de mortalité infantile lissé (‰) (moyenne mobile de 5 ans) par région, 2002-2016
Source : Calcul des auteurs sur base de Statbel [4]

Comparaison internationale

En 2016, le taux de mortalité infantile en Belgique se situait au niveau du taux moyen de l'UE-15 (3,2‰).

Taux de mortalité infantile par pays, UE-15, 2016
Source: OECD Health Data [5]

4. En savoir plus

Voir les métadonnés pour cet indicateur

SPMA: Standardized Procedures for Mortality Analysis in Belgium

Définitions

UE-15
L’UE-15 (ou Union européenne des Quinze voire Europe des Quinze) correspond à l’ensemble des pays qui appartenaient à l’Union européenne entre 1995 et 2004 : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède. Nous comparons l'état de santé de la Belgique à celui de l'UE-15, car ces pays ont des conditions socio-économiques similaires.
Taux de mortalité infantile
Le taux de mortalité infantile est le nombre de décès d'enfants de moins d'un an pour 1000 naissances vivantes au cours de la même année.

Références

  1. UN IGME. United Nations Interagency Group for Child Mortality Estimation; 2018. https://childmortality.org/data
  2. Drevenstedt GL, Crimmins EM, Vasunilashorn S, Finch CE. The rise and fall of excess male infant mortality. Proc Natl Acad Sci U S A 2008 Apr 1;105(13):5016-21.
  3. Sidebotham P, Fraser J, Covington T, Freemantle J, Petrou S, Pulikottil-Jacob R, et al. Understanding why children die in high-income countries. Lancet 2014 Sep 6;384(9946):915-27.
  4. Statbel, 1998-2016. https://statbel.fgov.be/fr/themes/population/mortalite-et-esperance-de-vie/mortalite-foeto-infantile
  5. OECD Health Data, 2016. http://stats.oecd.org/