Littératie en santé

1. Messages clés

Un tiers de la population âgée de 15 ans et plus (33 %) a un faible niveau de connaissance en matière de santé, ce qui signifie qu'elle ne dispose pas de compétences suffisantes pour prendre des décisions concernant sa santé.

Un faible niveau de littératie en santé est plus fréquent chez les femmes (35 %) que chez les hommes (32 %), ainsi qu'à Bruxelles (38 %) et en Wallonie (36 %) qu'en Flandre (29 %).

Les personnes en mauvaise santé, les personnes âgées et les personnes peu instruites ont un niveau de littératie en santé plus faible ; en d'autres termes, les personnes qui ont des besoins plus importants en matière de soins de santé et de promotion de la santé sont celles qui bénéficient le moins de ces interventions.

Il est donc nécessaire de détecter les personnes ayant une faible connaissance de la santé et d'adapter la communication, mais il est également important d'améliorer le niveau de littératie en santé dans la population.

2. Introduction

La littératie en santé (LES) désigne « les connaissances, la motivation et les compétences des personnes pour accéder, comprendre, évaluer et appliquer les informations sur la santé afin de porter des jugements et de prendre des décisions dans la vie quotidienne concernant les soins de santé, la prévention des maladies et la promotion de la santé pour maintenir ou améliorer la qualité de vie au cours de la vie » [1]. Une connaissance limitée de la santé est associée à un état de santé défavorable, à des comportements inadéquats en matière de santé, d’utilisation des services de santé, d'adhésion aux traitements et aux médicaments, et de gestion des soins personnels et à des taux de mortalité plus élevés [2-4]. Une étude belge a montré qu'une faible connaissance de la santé est associée à une plus grande utilisation des services de soins de santé, en particulier des services plus spécialisés [5]. L'hypothèse a également été émise que la littératie en santé joue un rôle de médiation entre le statut socio-économique et les disparités en matière de santé et peut être un outil de lutte contre les inégalités en matière de santé [6]. La littératie en santé est aujourd'hui reconnue comme un déterminant important de la santé et attire de plus en plus l'attention aux niveaux international, national et régional [7,8]. Pour plus d'informations sur les actions d'éducation à la santé en Belgique, vous pouvez consulter le rapport du KCE [9].

La LES a été mesurée en Belgique en 2014 et 2016 à l'aide d'enquêtes en ligne et d'un échantillon provenant des membres d'une mutualité belge. En 2018, la LES a été inclue dans la HIS et a donc été mesurée pour la première fois en utilisant un échantillon représentatif au niveau national. La HIS 2018 a utilisé le questionnaire HLS-EU-Q6, un instrument générique et subjectif adapté au contexte européen. Avec cet instrument, un score de littératie en santé est d'abord calculé, puis les scores sont regroupés en trois catégories :

  • Niveau de LES suffisant
  • Niveau de LES limité
  • Niveau de LES insuffisant

Nous présentons d’abord la répartition des niveaux de LES par région, puis nous analysons plus en détail la proportion de personnes ayant un faible niveau de LES dans la population âgée de 15 ans et plus. Une catégorie « faible niveau de littératie en santé » est construite en regroupant les groupes ayant un niveau de LES « limité » et « insuffisant ».

3. Distribution des niveaux de littératie en santé

En 2018, 66,6 % de la population âgée de 15 ans et plus avait un niveau suffisant de LES, 27,8 % un niveau limité et 5,6 % un niveau insuffisant. Ainsi, un tiers de la population (33,4 %) avait un faible niveau de LES.

La Flandre (69,3 %) compte plus de personnes ayant un niveau suffisant de LES que la Wallonie (62,7 %) et Bruxelles (63,2 %). La différence provient principalement des personnes ayant une LES limitée, car la proportion de personnes ayant une LES insuffisante est la même dans les 3 régions.

Distribution des niveaux de littératie en santé parmi la population âgée de 15 ans et plus, par région, Belgique, 2018
Source : Health Interview Survey, Sciensano [12]

4. Faible niveau de littératie en santé

Situation en 2018

Belgique

En Belgique, en 2018, 33,4 % de la population avait un faible niveau de LES. Cette proportion était plus faible chez les hommes (31,7 %) que chez les femmes (35,0 %). La prévalence d’un faible niveau de LES était plus importante chez les personnes âgées de 75 ans et plus (38,7 % pour les hommes et 50,4 % pour les femmes) et les jeunes de 15 à 24 ans (32,8 % pour les hommes et 44,6 % pour les femmes).

Prévalence d’un faible niveau de littératie en santé dans la population âgée de 15 ans et plus, par âge et sexe, Belgique, 2018
Source : Health Interview Survey, Sciensano [12]
Spécificités régionales

Chez les hommes, la prévalence d'une faible LES était plus élevée à Bruxelles (37,7 %) et en Wallonie (36 %) qu'en Flandre (28,8 %).

Chez les femmes, la différence entre les régions était plus faible, mais la Wallonie présentait toujours une prévalence plus élevée d’une faible LES.

Prévalence d’un faible niveau de littératie en santé dans la population âgée de 15 ans et plus, par sex et region, Belgique, 2018
Source : Calculs des auteurs sur base de la Health Interview Survey, Sciensano [12]

Disparités socio-économiques

Le niveau de connaissance en matière de santé est fortement lié au niveau d'instruction. Les personnes ayant le niveau d'instruction le plus bas sont près de deux fois plus susceptibles d'avoir une faible LES que les personnes ayant le niveau d'instruction le plus élevé. Cependant, il est à noter que parmi les personnes ayant un niveau d'instruction supérieur, 28,1 % ont paradoxalement une faible LES.

Prévalence d’un faible niveau de littératie en santé dans la population âgée de 15 ans et plus, par niveau d’instruction, Belgique, 2018
Source : Calculs des auteurs sur base de la Health Interview Survey, Sciensano [12]

5. En savoir plus

Voir les métadonnées pour cet indicateur

HISIA: Interactive Analysis of the Belgian Health Interview Survey

Définitions

Prévalence ajustée pour l'âge
La plupart des indicateurs sont liés à l'âge. Étant donné que la population belge vieillit au fil du temps et que des différences de composition par âge sont observées entre les régions et entre les niveaux d’instruction, les taux de prévalence sont ajustés pour l’âge avec la population standard européenne 2010 afin de permettre la comparabilité.
Questionnaire HLS-EU-Q6
L'enquête européenne sur la littératie en santé (HLS-EU) a été élaborée par le consortium HLS-EU pour mesurer et comparer la littératie en santé dans les pays européens sur base de la définition et du modèle proposé par Sorensen et al. [10]. La version originale est composée de 47 items ; une version plus courte de 6 items a été construite pour faciliter l'inclusion du questionnaire dans les enquêtes de population. La corrélation des résultats entre les 47 items du questionnaire et les 6 items du questionnaire était de 0,896 [11]. Le questionnaire évalue les trois domaines de la littératie en matière de santé, c'est-à-dire les soins de santé, la prévention et la promotion de la santé, et les quatre dimensions de la littératie en santé, c'est-à-dire l'acquisition et l'obtention d'informations cohérentes sur la santé, la compréhension des informations, l'évaluation et le jugement des informations, ainsi que l'application et l'utilisation effectives des informations.

References

  1. Sorensen K, Pelikan JM, Röthlin F, Ganahl K, Slonska Z, Doyle G, et al. Health literacy in Europe: comparative results of the European health literacy survey (HLS-EU). Eur J Public Health. 2015;25(6):1053-8.
  2. Okan O, Bauer U, Levin-Zamir D, Pinheiro P, Sørensen K. International Handbook of Health Literacy: Research, practice and policy across the lifespan. Policy Press; 2019. pp. 766.
  3. Nutbeam D. Defining and measuring health literacy: what can we learn from literacy studies? Int J Public Health. 2009;54(5):303–5.
  4. Van den Broucke S. Health literacy: a critical concept for public health. Arch Public Health. 2014;72(1):10.
  5. Vandenbosch J, Broucke SV den, Vancorenland S, Avalosse H, Verniest R, Callens M. Health literacy and the use of healthcare services in Belgium. J Epidemiol Community Health. 2016;70(10):1032-8.
  6. Stormacq C, Van den Broucke S, Wosinski J. Does health literacy mediate the relationship between socioeconomic status and health disparities? Integrative review. Health Promot Int. 2019;34(5):e1-17.
  7. Quaglio G, Sørensen K, Rübig P, Bertinato L, Brand H, Karapiperis T, et al. Accelerating the health literacy agenda in Europe. Health Promot Int. 2017;32(6):1074-80.
  8. Kickbusch I, Pelikan JM, Apfel F, Tsouros AD, World Health Organization, editors. Health literacy: the solid facts. Copenhagen: World Health Organization Regional Office for Europe; 2013. pp. 73.
  9. Rondia K, Adriaenssens J, Van Den Broucke S, Kohn L. Health literacy: what lessons can be learned from the experiences of other countries? Health Services Research (HSR) Brussels: Belgian Health Care Knowledge Centre (KCE); 2019. KCE Reports 322. D/2019/10.273/63.
  10. Sorensen K, Van den Broucke S, Fullam J, Doyle G, Pelikan J, Slonska Z, et al. Health literacy and public health: a systematic review and integration of definitions and models. BMC Public Health. 2012;12:80.
  11. Sorensen K, Van den Broucke S, Pelikan JM, Fullam J, Doyle G, Slonska Z, et al. Measuring health literacy in populations: illuminating the design and development process of the European Health Literacy Survey Questionnaire (HLS-EU-Q). BMC Public Health. 2013;13:948.
  12. Charafeddine R, Demarest S, Berete F. Enquête de santé 2018: Littératie en santé [Internet]. Brussels, Belgium: Sciensano; 2020. Report No.: D/2019/14.440.72. Available from: https://his.wiv-isp.be/fr/Documents%20partages/HL_FR_2018.pdf