Mortalité et Causes de Décès

Contenu

Résumé

Mortalité toutes causes
Le nombre total de décès en Belgique est resté plutôt stable au cours des 15 dernières années, fluctuant autour de 100.000 à 110.000 par an.
Toutefois, les gens décèdent à un âge plus avancé. De ce fait, le taux de mortalité ajusté selon l’âge diminue : il a diminué de 19% en 15 ans.
Le taux de mortalité global est plus élevé en Wallonie (+ 22%) et à Bruxelles (+ 8%) qu'en Flandre.
Bien que la mortalité prématurée (définie ici comme la mortalité avant 75 ans) ait diminué de 22% entre 2001 et 2015, la Belgique se classe mal parmi les pays de l’UE-15 en terme de mortalité prématurée.
La mortalité prématurée est 1,7 fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes.
Il existe d'importantes différences régionales en mortalité prématurée, avec des excès de 40% et 19% respectivement en Wallonie et à Bruxelles par rapport à la Flandre. Au fil du temps, la mortalité diminue, mais les disparités régionales persistent.
Causes de décès
Les néoplasmes (tumeurs) et les maladies cardio-vasculaires sont les principales causes de mortalité, occasionnant plus de la moitié des décès dans les deux sexes.
Leur importance relative a évolué avec le temps : la mortalité par tumeurs a progressivement dépassé celle des maladies cardio-vasculaires chez l'homme. Cela est dû à une diminution spectaculaire de la mortalité par cardiopathie ischémique.
Avant 75 ans, les tumeurs représentent de loin la principale cause de décès dans les deux sexes.
Lorsqu’on examine l’impact des causes spécifiques de décès sur le nombre d’années potentielles de vie perdues (indicateur « PYLL »), le suicide, le cancer du poumon et les cardiopathies ischémiques chez les hommes, ainsi que le cancer du sein, le cancer du poumon et le suicide chez les femmes occupent les premières places.
La plupart des causes de mortalité prématurée ont diminué avec le temps avec, par exemple, une diminution de plus de 50% des décès prématurés dus aux cardiopathies ischémiques entre 2001 et 2015. Une exception importante à cette tendance : les décès par cancer du poumon chez les femmes qui ont augmenté de manière significative.
Mortalité infantile
En 2015, le taux de mortalité infantile était de 3,3 pour mille naissances vivantes, taux proche de la moyenne des pays de l'UE-15.
La mortalité infantile a fortement diminué ces dernières décennies en Belgique.
Les taux et les tendances actuels sont assez similaires dans les 3 régions. Les fluctuations sont dues au petit nombre de décès, mais ne reflètent pas nécessairement des différences régionales réelles.