Consommation d’alcool

1. Messages clés

Les pays d’Europe ont le plus haut niveau de consommation d'alcool au monde. La Belgique, avec environ 11 litres d'alcool pur consommé par habitant et par an, est proche de la moyenne européenne, ce qui signifie que la Belgique fait partie des pays les plus touchés par une consommation importante d'alcool.
En 2013, 7% des hommes et 4% des femmes avaient une surconsommation d'alcool (par rapport au seuil de 21 ou 14 verres par semaine respectivement chez les hommes et les femmes). La prévalence de la surconsommation a diminué depuis 2004 chez les hommes, mais pas chez les femmes.
Un autre comportement présentant un danger pour la santé est celui de la « hyper-alcoolisation », c’est-à-dire le fait de boire 6 verres de boissons alcoolisées ou plus en une seule occasion. La prévalence hebdomadaire de la « hyper-alcoolisation » est plus élevée en Belgique, que la moyenne européenne. Ce comportement est beaucoup plus fréquent chez les hommes (12,5% en 2013) que chez les femmes ; ceci est particulièrement préoccupant chez les très jeunes hommes (15-24 ans), chez qui la prévalence atteignait même 20% en 2013. Ce phénomène d’hyper-alcoolisation chez les jeunes devrait faire l’objet de stratégies de prévention.

2. Introduction

La consommation excessive d’alcool est associée au risque de problèmes de santé majeurs, tels que les troubles mentaux et comportementaux (y compris la dépendance à l’alcool), des maladies non-transmissibles comme la cirrhose du foie, de nombreux cancers, les maladies cardiovasculaires, ainsi qu’à des traumatismes résultant d’actes de violence et d’accidents de la circulation. C’est également une cause majeure de mortalité prématurée. En plus de ses conséquences sur la santé, la consommation excessive d’alcool a également de lourdes conséquences sociales et économiques.

La consommation d’alcool dans les pays d’Europe est très supérieure à la moyenne mondiale. Réduire la consommation excessive d’alcool via des stratégies appropriées est une priorité de santé publique, c’est pourquoi il est important de la quantifier et de la surveiller.

Au niveau international, les estimations de la consommation d’alcool sont basées sur les données de vente. Bien que ces estimations soient utiles pour l’évaluation à long terme des niveaux de consommation d’une population, elles ne renseignent pas sur les sous-groupes à risque. Les données issues d’enquêtes sont plus appropriées pour décrire la consommation problématique d’alcool. Néanmoins, ces mesures auto-déclarées sont sujettes à des sous-déclarations et à un biais de désirabilité sociale.

Dans ce rapport, nous décrivons deux indicateurs de consommation excessive d’alcool, basés sur des données d’enquêtes :

  1. La surconsommation, définie comme la consommation hebdomadaire de plus de 21 verres contenant l’équivalent de 10 g d’alcool pur pour les hommes et 14 pour les femmes.
  2. L’hyper-alcoolisation hebdomadaire, ou « consommation à risque en une occasion par semaine », c’est-à-dire la consommation d’au moins 6 verres d’alcool en une seule occasion, au moins une fois par semaine.
  3. Pour la comparaison internationale, nous présenterons la consommation moyenne d’alcool par habitant, comme estimée par l’Organisation Mondiale de la Santé.

3. Surconsommation d’alcool

Belgique

En 2013, la proportion de sur-consommateurs d’alcool (plus de 21 ou 14 verres en moyenne par semaine respectivement chez les hommes et les femmes) était de 6%. Deux fois plus d'hommes que de femmes sont considérés comme des sur-consommateurs, alors même que le seuil pour définir la consommation à risque est plus élevé pour eux. Les femmes ont donc une consommation d'alcool beaucoup plus faible que les hommes. La surconsommation est également préoccupante chez les jeunes (15-24 ans) avec une prévalence de 5,5% (8% chez les jeunes hommes, 3% chez les jeunes femmes). La prévalence la plus élevée est observée dans le groupe des 55-64 ans (12% pour les deux sexes considérés ensemble).

Prévalence de la surconsommation d’alcool dans la population âgée de 15 ans et plus, par groupes d’âge et par sexe, Belgique, 2013
Source: Health Interview Survey, Sciensano, 2013 [1]

Tendances et différences par régions

Au niveau national, on observe une diminution de la surconsommation chez les hommes, qui est passée de 12,3% en 2004 à 7,2% en 2013. Cette diminution est observée dans les trois régions. Chez les femmes, cette diminution est moins prononcée et non-significative.

Une prévalence légèrement plus élevée a été observée chez les hommes en Wallonie en 2013, par rapport aux autres régions, mais cette différence n'était pas significative après ajustement pour l'âge. Chez les femmes, une prévalence significativement plus élevée a été observée à Bruxelles par rapport aux deux autres régions.

  • Hommes
  • Femmes

Prévalence de la surconsommation d’alcool chez les hommes âgés de 15 ans et plus, par région et pour la Belgique, 1997-2013
Source: Health Interview Survey, Sciensano, 1997-2013 [1]

Prévalence de la surconsommation d’alcool chez les femmes âgées de 15 ans et plus, par régions et pour la Belgique, 1997-2013
Source: Health Interview Survey, Sciensano, 1997-2013 [1]

Différences par niveau d’éducation

Les différences dans les consommations à risque d'alcool selon le niveau d'éducation ne sont pas significatives. Certaines tendances ressortent néanmoins, la consommation à risque semble plus fréquente chez les hommes ayant un faible niveau d'éducation que chez les hommes ayant un niveau d'éducation élevé. Alors que, chez les femmes, nous observons la tendance inverse avec une consommation à risque plus fréquente chez les femmes avec un statut socio-économique plus haut. La même tendance a également été observée dans tous les pays de l'OCDE [2] pour les deux sexes.

Prévalence de la surconsommation d’alcool dans la population âgée de 15 ans et plus, par niveau socio-économique et par sexe, 2013
Source: Health Interview Survey, Sciensano, 2013 [1]

4. Hyper-alcoolisation

Belgique

La prévalence de l’hyper-alcoolisation hebdomadaire était de 8,7% en Belgique. Elle est plus fréquente chez les hommes (13%) que chez les femmes (3,5%). Les jeunes de 15 à 24 ans ont la prévalence la plus élevée d’hyper-alcoolisation au moins une fois par semaine (14%), suivi des personnes de 55 à 64 ans (11%). La prévalence est particulièrement élevée chez les jeunes hommes : 20% des jeunes hommes (15-24 ans) déclarent avoir consommé au moins 6 verres d'alcool en une seule occasion, une fois par semaine ou plus. Il n'y a pas de différences selon le niveau d'éducation.

Prévalence de l’hyper-alcoolisation hebdomadaire dans la population âgée de 15 ans et plus, par groupes d’âge et par sexe, Belgique, 2013
Source: Health Interview Survey, Sciensano, 2013 [1]

Tendances et différences par régions

Au niveau national, la prévalence de l’hyper-alcoolisation hebdomadaire restée assez stable pour les deux sexes ensemble (8,0% en 2008, 8,7% en 2013), et pour chaque sexe.

Au niveau régional, en 2008, cette prévalence était plus élevée chez les hommes en Flandre (environ 13%) que dans les autres régions. Elle est restée stable depuis 2008 chez les hommes en Flandre, mais a augmenté en Wallonie et à Bruxelles (passant de respectivement 8,8% et 8,5% à 12% dans ces deux régions), réduisant ainsi les différences régionales entre 2008 et 2013, mais malheureusement vers une situation aggravée.

Chez les femmes, cette prévalence est restée stable dans toutes les régions (environ 3,5%), sauf à Bruxelles où elle est passée de 3,3 à 5,2% entre 2008 et 2013.

  • Hommes
  • Femmes

Prévalence de l’hyper-alcoolisation hebdomadaire chez les hommes âgés de 15 ans et plus, par région et pour la Belgique, 2008-2013
Source: Health Interview Survey, Sciensano, 2008-2013 [1]

Prévalence de l’hyper-alcoolisation hebdomadaire chez les femmes âgées de 15 ans et plus, par région et pour la Belgique, 2008-2013
Source: Health Interview Survey, Sciensano, 2008-2013 [1]

Comparaisons internationales

La prévalence de l’hyper-alcoolisation une fois par semaine en Belgique est supérieure à la moyenne de l’EU-15 (pour les 13 pays pour lesquels l’information est disponible), et ce pour les deux sexes (13 vs 10% pour les hommes, et 3,8 vs 3,1% pour les femmes).

  • Hommes
  • Femmes

Prévalence de l’hyper-alcoolisation hebdomadaire chez les hommes âgés de 15 ans et plus, par pays, EU-15 ; 2014
Source: Eurostat, 2014 [3]

Prévalence de l’hyper-alcoolisation hebdomadaire chez les femmes âgées de 15 ans et plus, par pays, EU-15 ; 2014
Source: Eurostat, 2014 [3]

5. Consommation totale d’alcool par habitant

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la région européenne a le plus haut niveau de consommation d'alcool au monde [4]. Selon leurs estimations pour la période 2008-2010, la consommation totale en Belgique était de 11,0 litres d'alcool pur par habitant, ce qui était proche de la moyenne de l'EU-15 (11,4 litres).

Consommation totale d’alcool par habitant (en litres d’alcool pur) dans la population âgée de 15 ans et plus, par pays, EU-15 ; 2010
Source: GISAH, 2008-2010 [5]
Consommation totale d’alcool par habitant (en litres d’alcool pur) dans la population âgée de 15 ans et plus, par région du monde, 2010
Source: World Health Organization, 2014 [6]

6. En savoir plus

Voir les métadonnées pour ces indicateurs

HISIA: Interactive Analysis of the Belgian Health Interview Survey

Définitions

EU-15
L’UE-15 (ou Union européenne des Quinze voire Europe des Quinze) correspond à l’ensemble des pays qui appartenaient à l’Union européenne entre 1995 et 2004 : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède. Nous comparons l'état de santé de la Belgique à celui de l'UE-15, car ces pays ont des conditions socio-économiques similaires.
Surconsommation d’alcool
La surconsommation d’alcool, est définie comme le pourcentage de la population âgée de 15 ans et plus qui rapportent consommer plus de 30 g d’alcool pour les hommes et 20 g pour les femmes de manière quotidienne, soit respectivement 21 ou 14 verres par semaine.
Consommation totale d’alcool
La consommation totale d'alcool est la moyenne sur 3 ans de la consommation enregistrée et non-enregistrée par habitant rapportée à la population de 15 ans et plus, exprimée en litres d'alcool pur par an. La consommation d’alcool enregistrée fait référence à des statistiques officielles (production, importation, exportation, et ventes ou taxes). Une consommation non enregistrée fait référence à un alcool non taxé et échappant au système de contrôle gouvernemental habituel. Cette estimation peut être estimée à l’aide de questions spécifiques lors d’enquêtes. Plus d'informations peuvent être trouvées à http://www.who.int/substance_abuse/activities/gisah_indicatorbook.pdf?ua=1
Hyper-alcoolisation hebdomadaire
L’hyper-alcoolisation hebdomadaire est le pourcentage de personnes âgées de 15 ans et plus déclarant une forte consommation d’alcool en une seule occasion, définie comme une consommation d'au moins 6 verres d'alcool à la même occasion, au moins une fois par semaine.

References

  1. Health Interview Survey, Sciensano, 1997-2013. https://hisia.wiv-isp.be/SitePages/Home.aspx
  2. OECD, 2015. http://www.oecd-ilibrary.org/docserver/download/5js1qwkz2p9s-en.pdf?expires=1518691657&id=id&accname=guest&checksum=F8F823E57B77D9806509FD2DFA4CFC10
  3. Eurostat. http://ec.europa.eu/eurostat/fr/data/database
  4. World Health Organization, 2017. http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0007/343744/2017-Alcohol-Fact-Sheet-FINAL.pdf?ua=1
  5. World Health Organization, GISAH, 2008-2010. http://apps.who.int/gho/data/node.gisah.A1032?lang=en&showonly=GISAH
  6. World Health Organization, Global status report on alcohol and health, 2014. http://www.who.int/substance_abuse/publications/global_alcohol_report/msb_gsr_2014_1.pdf?ua=1