Cardiopathie ischémique

1. Messages clés

  • En 2018, 1,3 % de la population a déclaré souffrir d'angine de poitrine. Ce pourcentage augmente avec l'âge, atteignant 3,8 % chez les personnes âgées de 65 ans et plus.
  • Chez les personnes âgées de 65 ans et plus, la prévalence autodéclarée de l'angine de poitrine était plus élevée chez les hommes dans les trois régions.
  • Entre 2008 et 2018, le pourcentage de personnes âgées de 65 ans et plus déclarant souffrir d'angine de poitrine a diminué dans les trois régions, chez les deux sexes, et davantage chez les femmes que chez les hommes.
  • En 2016, le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic d'infarctus aigu du myocarde (IAM) était estimé à 19 948 en Belgique (177 cas pour 100 000 habitants). Parmi elles, 66,5 % étaient des hommes. Le taux d'incidence de l'IAM augmente avec l'âge et est plus élevé chez les hommes dans toutes les tranches d'âge.
  • En 2016, chez les deux sexes, le taux d'incidence de l'infarctus du myocarde ajusté pour l'âge était plus élevé en Wallonie, suivie de la Flandre et de la région Bruxelloise.
  • Entre 2008 et 2016 (2015 non inclus), l'incidence de l'infarctus du myocarde a diminué chez les deux sexes.

2. Introduction

La cardiopathie ischémique (CI) constitue la principale cause de décès dans le monde, excepté dans les pays aux revenus les plus faibles. La CI, également appelée maladie coronarienne, désigne les problèmes cardiaques causés par un rétrécissement des artères coronaires (athérosclérose), entraînant une réduction de la circulation sanguine et de l'apport en oxygène au muscle cardiaque (ischémie). Dans l'athérosclérose, les artères sont rétrécies lorsque des plaques s'accumulent à l'intérieur, contenant des graisses, du cholestérol provenant des lipoprotéines de basse densité (LDL), des tissus fibreux et parfois du calcium.

De nombreuses personnes n'éprouvent aucun symptôme au stade précoce de la maladie. Cependant, en l’absence de traitement, l'athérosclérose peut progresser et des symptômes peuvent apparaître, qui peuvent être très handicapants. La gêne ressentie lorsque le muscle cardiaque manque d'oxygène est appelée angine de poitrine (angor). Lorsque le blocage de la circulation sanguine est complet, les cellules cardiaques peuvent mourir ou subir de graves dommages, c'est ce qu'on appelle un infarctus du myocarde ou une crise cardiaque.

Les principaux facteurs de risque de la cardiopathie ischémique comprennent des facteurs physiques comme l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète et des facteurs comportementaux tels que le tabagisme, une mauvaise alimentation, l'abus d'alcool et le manque d'exercice, ce qui signifie qu'une partie du risque peut être évitée en adoptant un mode de vie sain.

Deux indicateurs sont présentés dans les sections suivantes :

  • La prévalence de l'angine de poitrine représente le pourcentage de personnes qui ont déclaré avoir souffert d’angine de poitrine au cours des 12 derniers mois et est dérivée de l'Enquête de santé belge par interview [1]. Nous allons d'abord décrire la prévalence globale chez les personnes âgées de 15 ans et plus. Ensuite, nous nous focaliserons sur les personnes âgées de 65 ans et plus.
  • Différents indicateurs peuvent être définis pour décrire l'occurrence de l'infarctus aigu du myocarde (IAM) . Le "taux d'attaque" (ou l'incidence par épisode) représente tous les événements primaires ou récurrents, tandis que le terme "incidence" désigne le premier événement. En fonction de la disponibilité des données, nous avons défini l'incidence annuelle comme le premier événement survenant au cours d'une année donnée. Cet indicateur est construit à partir des données sur les sorties d'hôpital du Service Public Fédéral Santé, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement [2], dont sont issus les cas d'infarctus hospitalisés et sortis de l’hôpital vivants. Il convient de noter que les données de 2015 ne sont pas disponibles en raison du changement de système de classification de la CIM-9 à la CIM-10. À ces cas ont été ajoutés les cas de personnes décédées d'une crise cardiaque (à l'hôpital ou non), extraits des procédures normalisées de Sciensano pour l'analyse de la mortalité (SPMA) [3].

3. Prévalence de l'angine de poitrine

Situation en 2018

Belgique

En 2018, 1,3 % de la population a déclaré souffrir d'angine de poitrine, un symptôme de maladie coronarienne. Ce pourcentage augmente avec l'âge, passant de 0 % chez les 15-24 ans à 4,7 % chez les 75 ans et plus.

L'angine de poitrine est plus souvent signalée chez les hommes, sauf dans les groupes d'âge de 25 à 34 ans et de 55 à 64 ans. La prévalence ajustée pour l’âge de l'angine de poitrine était plus élevée chez les hommes (1,8 %) que chez les femmes (1 %).

Chez les personnes de 65 ans et plus, la prévalence était de 3,8%.

La différence entre les sexes était plus prononcée chez les personnes âgées de 65 ans et plus, chez lesquelles la prévalence de l'angine de poitrine était 2,5 fois plus élevée chez les hommes.

Prévalence autodéclarée de l'angine de poitrine, par âge et sexe, Belgique, 2018
Source : Enquête de Santé par Interview, Sciensano [1]
Spécificités régionales

En 2018, parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, la prévalence ajustée pour l’âge de l'angine de poitrine était plus élevée chez les hommes dans toutes les régions, la différence la plus prononcée se situant à Bruxelles.

Prévalence autodéclarée de l'angine de poitrine chez les personnes de plus de 65 ans, par sexe et par région, Belgique, 2018
Source : Calculs des auteurs sur base de l'Enquête de Santé par Interview, Sciensano [1]

Tendances

Belgique

Parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, entre 2008 et 2018, la prévalence de l'angine de poitrine ajustée pour l'âge a diminué chez les deux sexes, mais dans une moindre mesure chez les hommes (-24 %, et non significatif statistiquement) par rapport aux femmes (-61 %).

Spécificités régionales

Chez les hommes de 65 ans et plus, les tendances régionales ont fluctué dans le temps et ne permettent pas de tirer des conclusions claires sur l'évolution.

Chez les femmes âgées de 65 ans et plus, la prévalence de l'angine de poitrine a régulièrement diminué en Flandre entre 2008 et 2018. À Bruxelles, elle a diminué entre 2008 et 2013 et est restée stable entre 2013 et 2018. En Wallonie, la diminution n'a pas été significative.

  • Hommes
  • Femmes

Prévalence autodéclarée de l'angine de poitrine chez les hommes de 65 ans et plus, Belgique, 2008-2018
Source : Calculs des auteurs sur base de l'Enquête de Santé par Interview, Sciensano [1]

Prévalence autodéclarée de l'angine de poitrine chez les femmes de 65 ans et plus, Belgique, 2008-2018
Source : Calculs des auteurs sur base de l'Enquête de Santé par Interview, Sciensano [1]

Disparités socio-économiques

La prévalence brute autodéclarée de l'angine de poitrine est plus élevée chez les personnes ayant un faible niveau d'éducation, mais après ajustement pour l'âge, il n'y a pas de disparités socio-économiques entre les différents niveaux d'éducation, même parmi les personnes âgées de 65 ans et plus.

4. Incidence de l’infarctus aigu du myocarde (IAM)

Situation en 2016

Belgique

En 2016, le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic d'infarctus aigu du myocarde (IAM) était estimé à 19 948 (177 diagnostics pour 100 000 habitants), parmi lesquelles 15 545 sont sorties de l’hôpital en vie et 4 403 sont décédées.

Parmi les personnes ayant subi un IAM, 66,5 % étaient des hommes. Le nombre de personnes ayant souffert d'un infarctus était plus élevé chez les hommes, à l'exception des groupes d'âge les plus âgés (85+ ans). Ce nombre était le plus élevé dans la tranche d'âge 65-69 ans chez les hommes, et dans la tranche d'âge 85-89 ans chez les femmes.

Le taux d'incidence de l'IAM augmente avec l'âge et est plus élevé chez les hommes dans tous les groupes d'âge.

  • Nombre de cas
  • Taux d'incidence

Incidence de l'infarctus du myocarde, nombre par âge et sexe, Belgique, 2016
Source : Calculs des auteurs sur base de SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement [2] et SPMA [3]

Incidence de l'infarctus du myocarde, taux par âge et sexe, Belgique, 2016
Source : Calculs des auteurs sur base de SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement [2] et SPMA [3]

Spécificités régionales

En 2016, le taux d'incidence brut et ajusté pour l'âge de l'infarctus aigu du myocarde était le plus bas à Bruxelles, ce qui signifie que cela n'est pas dû à la structure d'âge plus jeune de la population de la capitale.

En Wallonie, le taux d'incidence de l'IAM ajusté pour l'âge était de 291 pour 100 000 chez les hommes et de 113 pour 100 000 chez les femmes, et était supérieur au taux d'incidence belge (respectivement 263 pour 100 000 et 103 pour 100 000).

  • Hommes
  • Femmes

Incidence de l'infarctus du myocarde chez les hommes, Belgique, 2016
Source : Calculs des auteurs sur base de SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement [2] et SPMA [3]

Incidence de l'infarctus du myocarde chez les femmes, Belgique, 2016
Source : Calculs des auteurs sur base de SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement [2] et SPMA [3]

Tendances

Belgique

Entre 2008 et 2016 (2015 non inclus), l'incidence de l'infarctus du myocarde ajustée pour l’âge a diminué chez les deux sexes, passant de 357 pour 100 000 en 2008 à 263 pour 100 000 en 2016 chez les hommes et de 149 pour 100 000 en 2008 à 103 pour 100 000 en 2016 chez les femmes. Cette baisse était toutefois moins prononcée chez les hommes (-26 %) que chez les femmes (-31 %).

Incidence de l'infarctus du myocarde par sexe, Belgique, 2008-2016*
Source : Calculs des auteurs sur base de SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement [2] et SPMA [3]
* 2015 non inclus
Spécificités régionales

Entre 2008 et 2016 (2015 non inclus), chez les deux sexes, l'incidence brute de l'infarctus du myocarde a diminué dans les trois régions. Parmi les hommes, cette diminution a été plus importante à Bruxelles (-23 %) qu'en Flandre (-19 %) et en Wallonie (-18 %). Parmi les femmes, le changement était plus prononcé en Flandre (-28%) par rapport à Bruxelles (-25%) et à la Wallonie (-23%).

  • Hommes
  • Femmes

Incidence brute de l'infarctus du myocarde chez les hommes, Belgique, 2008-2016*
Source : Calculs des auteurs sur base de SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement [2] et SPMA [3]
* 2015 non inclus

Incidence brute de l'infarctus du myocarde chez les femmes, Belgique, 2008-2016*
Source : Calculs des auteurs sur base de SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement [2] et SPMA [3]
* 2015 non inclus

5. En savoir plus

Voir les métadonnées pour cet indicateur

Définitions

Angine de poitrine ou angor
L'angine de poitrine, ou angor, est l'un des symptômes de la maladie coronarienne. L'angor est défini comme une douleur ou une gêne dans la poitrine ou les zones adjacentes, précipitée par l'exercice, l'émotion ou un repas lourd, causée par une réduction de l'apport en oxygène au cœur (ischémie) en raison d'une sténose (rétrécissement) ou d'un blocage des artères coronaires.
Infarctus aigu du myocarde
L'infarctus aigu du myocarde (IAM), également appelé crise cardiaque, est une nécrose (mort) des cellules cardiaques, résultant d'une obstruction aiguë d'une artère coronaire. Les symptômes comprennent des douleurs ou une gêne thoraciques, une dyspnée (essoufflement) et des nausées. Dans certains cas, l'IAM peut être asymptomatique. Les principaux facteurs de risque sont l'âge, le tabac, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, l'abus d'alcool, l'obésité et le diabète.

Références

  1. Health Interview Survey, Sciensano, 1997-2018. https://his.wiv-isp.be/
  2. Service Public Fédéral Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement. http://www.health.belgium.be/fr/sante/organisation-des-soins-de-sante/hopitaux/systemes-denregistrement/
  3. Standardized Procedure for Mortality Analysis (SPMA), Sciensano. https://spma.wiv-isp.be/SitePages/Methods_mortality.aspx