Financement du soutien psychosocial

Pour répondre à l’augmentation des problèmes psychosociaux liés à la pandémie de COVID-19, une extension du remboursement des soins psychologiques de première ligne a été approuvée. Un budget supplémentaire de 16,7 millions d’euros permettra aux enfants, adolescents et aux plus de 65 ans de consulter un prestataire de soins de première ligne pour les problèmes psychologiques les plus courants.

COVID FR fig14

Pour en savoir plus sur les soins psychologiques de première ligne : Des renseignements générauxTrouver un psychologue de première ligne

En outre, pendant la pandémie, des mesures ont été prises pour renforcer la dispensation de soins de santé mentale, notamment :

  • Remboursement des consultations par vidéo des psychiatres ;
  • Traitement de suivi à distance après une hospitalisation par les hôpitaux psychiatriques [1];
  • Possibilité d’hospitalisation partielle au domicile du patient [2];
  • Sensibilisation des professionnels des soins de santé de première ligne afin de promouvoir l’utilisation appropriée des produits psychopharmaceutiques ;
  • Formation du personnel hospitalier pour améliorer la prise en charge des personnes ayant des problèmes d’alcool ;
  • Soutien psychologique du personnel hospitalier.

Par ailleurs, lors de la Conférence interministérielle santé publique (CIM), les ministres compétents ont conclu un Protocole d’accord concernant l’approche coordonnée visant à renforcer l’offre de soins psychiques dans le cadre de la pandémie COVID-19. L’accord définit certains groupes cibles prioritaires, tels que les enfants et les parents de familles vulnérables, les jeunes adultes, les personnes souffrant de problèmes de santé mentale existants, ... Pour ce renforcement, un budget supplémentaire de 112,5 millions d’euros est prévu. Cela concerne un total de 1 986 équivalents temps plein (ETP) de thérapeutes psychologiques.

COVID FR fig15

Récemment, une convention INAMI a été élaborée, dans laquelle les modalités pratiques et la nouvelle convention sur le remboursement des soins psychologiques sont précisées. Un certain nombre de mesures temporaires destinées aux groupes cibles vulnérables ont déjà été prises dans ce contexte. En effet, plusieurs études montrent que le bien-être mental des jeunes et des étudiants, des personnes seules et des personnes travaillant dans les professions les plus touchées par la pandémie (par exemple, les soins de santé, l’hôtellerie, le secteur culturel) est le plus menacé. Pour répondre spécifiquement aux besoins psychologiques de ces groupes les plus vulnérables, les mesures suivantes ont été prises :

  • Soins psychologiques pour les indépendants ayant des besoins psychologiques, notamment par le biais d’une ligne d’assistance gratuite pour laquelle un budget annuel de 55,5 millions d’euros est prévu.
  • Interventions ambulatoires, proactives, psychologiques (de groupe) pour les étudiants. Un montant de 1,5 million d’euros a été prévu à cet effet.
  • Renforcement de l’aide mobile en cas de crise. Un montant de 4,7 millions d’euros a été prévu à cet effet.
  • Elargissement du fonctionnement des équipes mobiles dans les réseaux de santé mentale pour le groupe cible socioéconomiquement vulnérable, y compris les personnes âgées qui souvent ne cherchent pas d’aide elles-mêmes. Une somme de 20 millions d’euros sur une base annuelle est prévue à cet effet.
  • Intensification de l’offre de soins résidentiels pour les enfants et les adolescents souffrant de problèmes de santé mentale graves et complexes et extension de la capacité de soins pour les enfants et les adolescents souffrant de problèmes de santé mentale dans les services hospitaliers non psychiatriques. Environ 20 millions d’euros ont été mis à disposition à cette fin.

En savoir plus sur le protocole d’accord concernant le renforcement des soins de santé mentale : www.health.belgium.be

La convention pour le remboursement des soins psychologiques a été mise en application en septembre 2021 et, ce, pour une période de trois ans. L’accord constitue une étape historique dans l’ouverture des soins psychologiques à la population et permet le développement de deux fonctions psychologiques, à savoir les soins psychologiques de première ligne et les soins psychologiques spécialisés dans le cadre des soins ambulatoires de santé mentale.

En savoir plus sur la convention de remboursement des soins psychologiques : www.riziv.fgov.be

Enfin, des fonds supplémentaires ont été attribués à la Vlaamse Kruis pour sa collaboration dans la gestion de la crise sanitaire, notamment pour la mise en place d’un soutien psychosocial au niveau du centre d’appel COVID-19 qui s’adresse au grand public.

 

[1]En savoir plus sur le suivi à distance via Traitement de suivi par les hôpitaux psychiatriques possibles à distance - INAMI (fgov.be)

[2]Plus d’informations sur l’hospitalisation partielle à domicile via COVID-19 : soins psychiatriques : hospitalisation partielle à domicile - INAMI (fgov.be)