Accessibilité - Ressources humaines

L'accessibilité des soins de santé peut également se décliner sous l’angle du nombre de prestataires de soins qualifiés actifs dans le pays et du nombre de lits disponibles dans certains secteurs de soins. Ces informations sont également essentielles pour pouvoir planifier l’offre de soins de santé des années à venir. Vous trouverez dans cette section des indicateurs portant sur la disponibilité des médecins et des infirmiers en général :

Certains indicateurs analysés dans d’autres sections de ce rapport peuvent également être interprétés en termes d’accessibilité des ressources humaines :

Enfin, les projections d’avenir sur le nombre de futurs professionnels de la santé (S-4 à S-10) sont abordées dans la section « Durabilité ».

Nombre de médecins en activité (A-5)

Cet indicateur mesure le nombre de médecins en activité pour 1000 habitants.

On considère qu’un médecin est « en activité » s'il a presté plus d’un service clinique (c.-à-d. aux moins deux consultations, visites ou actes techniques – les ordonnances ne sont pas prises en compte ici) au cours d'une année donnée. Les médecins encore en formation ne sont pas pris en compte.

Jusqu’en 2009, le calcul de la densité médicale prenait en compte l’ensemble de médecins enregistrés (plutôt que les praticiens en activité, définis comme les médecins ayant plus d’1 contact-patient par an), ce qui explique pourquoi la Belgique a longtemps affiché une densité médicale parmi les plus élevées d’Europe. Ces données ont maintenant été corrigées rétrospectivement.

De plus, pour 2016, les données de l’OCDE (reprises dans cette fiche) concernent le nombre de médecins ayant presté au moins un service clinique (et non, plus d’un service clinique). Les détails sur le nombre de médecins ayant presté plus d’un service clinique (34 502 au lieu de 34 834) sont disponibles sur le site de l’INAMI.

RÉSULTATS  
  • Il y avait 34 834 médecins en activité en Belgique en 2016 ce qui correspond à une densité de 3,07 / 1 000 habitants. Entre 2000 et 2016, cette densité est restée assez stable. Par contre, on observe un vieillissement de plus en plus important des médecins (voir les indicateurs sur l’âge des médecins dans la section soutenabilité)
  • La densité de médecins en activité en Belgique est inférieure à la moyenne de l'UE (3,54 / 1 000 habitants). Les différents pays de l’OCDE n’utilisent cependant pas tous les mêmes méthodes pour calculer le même indicateur (p.ex. pour définir les niveaux d’activité). Les comparaisons sont donc potentiellement incorrectes.
  • Cet indicateur reflète mal l’effectif réel des médecins en activité étant donné qu’il inclut tous les médecins effectuant au moins un acte clinique, ce qui est une définition extrêmement large. Pour contourner ce problème, l’INAMI a également estimé le nombre de médecins en activité en Équivalents Temps Plein (ETP), en se basant sur les montants des prestations remboursées. D’après ces estimations, le nombre de médecins généralistes en activité était de 8 988 ETP en 2016 (12 929 en nombre absolu), dont 7 719 ETP conventionnés. Exprimé en densité, cela correspond à 0.79 médecins généralistes par 1000 habitants, dont 0.68 conventionnés. Le détail par spécialité pour 1000 habitants est décrit dans le tableau 1.
  • Lorsqu’on l’exprime en ETP, la densité de médecins généralistes conventionnés et de gynécologues conventionnés est donc assez basse (voir aussi l’indicateur sur les médecins conventionnés).
  • Il convient néanmoins de noter que cette analyse est basée sur l’adresse du domicile du médecin et non sur celle de son lieu de pratique. Une étude récente basée sur le lieu de pratique des médecins généralistes a montré qu’en 2017, il y avait 1,23 médecins généralistes pour 1000 habitants à Bruxelles en 2017 (contre 1,17 pour 1000 habitants en 2016 sur la base du domicile du médecin, les données INAMI 2017 ne sont pas encore disponibles).
Tableau 1 – Nombre de médecins actifs, actifs en ETP, et actifs conventionnés en ETP (par 1000 habitants)
Source: INAMI (données) – KCE (calculs)
 

Actifs

Actifs (ETP)

Actifs et conventionnés (ETP)

Généralistes

1,14

0,79

0,68

Pédiatres

0,14

0,08

0,07

Gynécologues

0,13

0,08

0,03

Psychiatres

0,17

0,11

0,10

Spécialistes médicaux

0,86

0,59

0,45

Spécialistes chirurgicaux

0,59

0,41

0,28

Figure 1 - Nombre de médecins en activité, par 1000 habitants, comparaison internationale, 2000-2016
Source de données: Statistiques de l'OCDE sur la santé 2018; Moyenne UE = Basé sur les 10 pays de l’EU-15 pour lesquels les données étaient disponibles
Figure 2 - Nombre de médecins en activité, par 1000 habitants, comparaison internationale, 2016
Source de données: Statistiques de l'OCDE sur la santé 2018; Moyenne UE = Basé sur les 10 pays de l’EU-15 pour lesquels les données étaient disponibles
Nombre de médecins en activité par 1000 habitants

Lien vers fiche technique et résultats détaillés

Nombre d’infirmiers en activité (A-6)

Les infirmiers jouent un rôle essentiel dans la délivrance des soins tant dans les hôpitaux et autres établissements de soins qu’au niveau de la première ligne et des soins à domicile.
Dans la plupart des pays, ils représentent le groupe professionnel le plus important de toutes les professions de santé ; une pénurie d’infirmiers peut donc entraîner des problèmes d'accessibilité (p.ex. allonger les listes d'attente) ou avoir des répercussions sur la qualité des soins (p.ex. ratios patients-infirmières élevés).
Le projet PlanCAD, résultant du couplage de plusieurs bases de données administratives, permet de faire la distinction entre les infirmiers en activité dans le secteur de la santé et ceux qui sont actifs sur le marché du travail belge, mais dans d’autres secteurs que celui de la santé.

L’indicateur principal est le nombre d’infirmiers en activité dans le secteur de la santé (practising nurses). Il regroupe les infirmiers employés dans le secteur de la santé qui ont presté un certain volume d’activité (au moins 893 actes par an selon la nomenclature INAMI), ou qui n’ont pas presté ces actes mais qui travaillent pour un employeur actif dans le secteur de la santé.

Les indicateurs secondaires sont :

  • le nombre d’infirmiers autorisés à pratiquer (License to practice) c’est-à-dire les infirmiers ayant obtenu un diplôme en soins infirmiers reconnu, y compris les personnes ayant un diplôme de sage-femme enregistré dans la catégorie infirmière dans la base de données du cadastre.
  • le nombre d’infirmiers professionnellement actifs c’est-à-dire les infirmiers inscrits en tant qu'indépendants ou employés avec au moins 0,1 équivalent temps plein (ETP) par an, mais qui ne travaillent pas nécessairement dans le secteur des soins de santé.

La distinction entre les infirmiers en activité et les infirmiers professionnellement actifs est le secteur d'activité. Les premiers sont actifs uniquement dans le secteur des soins de santé et non sur l’ensemble du marché du travail belge.

RÉSULTATS
  • En 2016, il y avait 124 196 infirmiers en activité dans le secteur des soins de santé (indicateur principal), soit 105 718 ETP.
  • En 2016, il y avait 202 402 infirmiers autorisés à pratiquer et 143 470 infirmiers professionnellement actifs sur l’ensemble du marché du travail.
  • La plupart des infirmiers professionnellement actifs travaillent sous statut d’employés dans des hôpitaux (65,5 %), suivis par les maisons de repos et de soins (13,7 %) et les soins à domicile (7,9 %).
  • Le nombre d'infirmiers en activité dans le secteur des soins de santé pour 1 000 habitants a augmenté entre 2004 (8,8 pour 1 000) et 2015 en Belgique (10,8 pour 1 000). Cette tendance à la hausse est également observée dans d'autres pays européens. Le nombre pour la Belgique est légèrement supérieur à la moyenne européenne de l'UE-11 (qui est de 9,4). 
Figure 3 - Nombre d’infirmiers avec un visa de pratique, d’infirmiers professionnellement actifs et d’infirmiers en activité, 2004-2016
Source de données: Statistiques de l'OCDE sur la santé 2018 pour 2004-2015; PlanCAD (SPF Santé Publique) pour 2016
Figure 4 - Nombre d’infirmiers en activité, par 1000 habitants, comparaison internationale, 2004-2015
Source de données: Statistiques de l'OCDE sur la santé 2018; Moyenne UE = Basé sur les 11 pays de l’EU-15 pour lesquels les données étaient disponibles
Figure 5 - Nombre d’infirmiers en activité, par 1000 habitants, comparaison internationale, 2015
Source de données: Statistiques de l'OCDE sur la santé 2018; Moyenne UE = Basé sur les 11 pays de l’EU-15 pour lesquels les données étaient disponibles

Nombre d’infirmiers en activité par 1000 habitants

Remarque : Au niveau de l'OCDE, les critères d’inclusion et d’exclusion diffèrent entre les pays, rendant les comparaisons internationales de ces données hasardeuses.

Lien vers fiche technique et résultats détaillés

Nombre d’offres d’emploi vacantes pour des infirmiers en hôpital (A-7)

Depuis le début des années 2000, des pénuries de personnel infirmier sont signalées dans la plupart des pays industrialisés, dont le nôtre. Le problème ne fera que s’accélérer avec le vieillissement de la population (et celui du personnel infirmier).

La mesure du nombre de postes vacants est un indicateur contextuel qui permet le monitoring de cette pénurie de personnel infirmier.

RÉSULTATS
  • Le 31/12/2016, il y avait 1274 postes d’infirmiers vacants au sein des hôpitaux belges, la plupart pour des diplômés de niveau bachelor (A1) :
    • 708 en Flandre
    • 290 en Wallonie
    • 276 à Bruxelles
Figure 6 - Nombre d’offres d’emploi vacantes pour des infirmiers, en hôpital, par région, 2013-2016
Source de données: SPF Santé Publique, Calcul du KCE

Lien vers fiche technique et résultats détaillés

Nombre moyen de patients par infirmier dans les hôpitaux (A-8)

La littérature scientifique internationale montre que les pénuries de main-d'œuvre infirmière ont des répercussions négatives sur la qualité des soins et sur la mortalité des patients hospitalisés. Il est donc crucial d’employer judicieusement les maigres ressources actuelles en personnel infirmier de manière à limiter le plus possible cet impact négatif. Le nombre d’heures de prestations infirmières par patient et par jour dans les hôpitaux de soins aigus est donc un indicateur intéressant en ce sens.

Les données permettant de calculer cet indicateur ne seront toutefois plus collectées à l’avenir, en raison de modifications administratives. Cet indicateur est donc remplacé par un « ancien » indicateur, qui est le ratio moyen patient/infirmier (nombre de patients dont s’occupe en moyenne un ETP infirmier). Cet indicateur provient d’une étude européenne (RN4CAST, 2009-2010) basée sur des données d'environ 500 hôpitaux dans 12 pays ; il sera remis à jour à la fin 2019. Cet indicateur peut également fournir des informations indirectes sur la qualité des soins dans les hôpitaux.

RÉSULTATS
  • Entre 2011 et 2015, le nombre d’heures de personnel infirmier par patient est passé de 4,3 à 6,3 dans les services de chirurgie et de 4,8 à 5,5 dans les services de médecine.
  • Le nombre d’heures de personnel infirmier par patient varie considérablement d'un hôpital à l'autre. Une partie de cette variabilité peut s’expliquer par des différences dans l’intensité des soins, mais elles persistent après correction de ce facteur.
  • Selon l’étude RN4CAST, le ratio moyen patient / infirmier en Belgique était de 10,7 en 2010, ce qui est un chiffre élevé par rapport aux autres pays européens (moyenne pour l’UE-12 = 9). Seules l’Allemagne (13,0) et l’Espagne (12,6) ont des ratios plus élevés. En Norvège, il est de moitié (5,4). Si l’on prend également en compte le personnel de nursing moins qualifié, le ratio moyen patient / infirmier passe à 7,9.
Figure 7 - Nombre d’heures de personnel infirmier par jour-patient en unité chirurgicale (C) et de médecine interne (D), 2009-2015 (2ème semestre)
Source de données: SPF Santé Publique, Calcul du KCE

Lien vers fiche technique et résultats détaillés