Autres informations et services officiels: www.belgium.be  belgium

BelPEP (Belgian Psychotropics Expert Platform)

BelPEP est une plateforme multidisciplinaire ayant pour objectif de favoriser un usage adéquat des médicaments psychoactifs (dont les somnifères et calmants, les antidépresseurs et antipsychotiques). Une note de vision globale donne un aperçu sur l’historique, le statut de la plateforme, le contexte, les différents problèmes et les priorités de la plateforme.

Pour en savoir plus sur la note de vision globale: www.health.belgium.be

Voici un aperçu d’un certain nombre d’actions qui ont déjà été mises en oeuvre :

  • Divers outils ont été développés pour soutenir les professionnels dans leur pratique. Par exemple, deux sites web ont été créés pour recueillir des informations scientifiques récentes :

- Un site web sur le diagnostic et la gestion du TDAH (www.trajet-tdah.be).

- Un site web relatif à la prescription adéquate des somnifères et des analgésiques (www.somniferesetcalmants-manuelaide.be).

 

[1] Groupe local d’évaluation médicale : un groupe de médecins ou de pharmaciens biologistes qui partagent et évaluent de manière critique leurs pratiques médicales pour promouvoir la qualité des soins.

Projet pilote «Droques et detention»

Malgré les efforts quotidiens des prestataires de soins et les nombreux efforts du ministère de la Justice, la consommation de drogues et de médicaments reste élevée dans nos prisons belges. Cette situation est littéralement et figurativement malsaine. Après tout, la consommation de drogue comporte plusieurs risques pour la santé et peut mettre en péril la sécurité dans une prison. Selon de récentes études internationales, on estime que 20 à 45 % de tous les détenus consomment des drogues illégales en prison, avec des chiffres très similaires en Belgique.

Lors de la Conférence interministérielle santé publique du 20 novembre 2017, le ministre fédéral de la Santé publique a donc proposé de développer un modèle adapté d’assistance aux détenus en matière de drogue. A cette fin, des projets pilotes ont été lancés en décembre 2017 dans les prisons de Saint-Gillis/Berkendael, Hasselt et Lantin. Grâce aux expériences sur le terrain, une importante initiative de soutien sera élaborée qui comprendra toutes les étapes, du dépistage et de la détection précoce aux entretiens motivationnels et au traitement.

Dans chacune des trois prisons, du personnel soignant supplémentaire a été recruté et le personnel soignant et pénitentiaire existant a reçu une formation supplémentaire, afin que les détenus présentant un problème de drogue puissent bénéficier d’un encadrement plus adapté. De plus, les détenus sont désormais systématiquement soumis à un dépistage de consommation de drogue à leur arrivée, afin qu’ils puissent être orientés plus rapidement vers l’aide appropriée si nécessaire. Les prestataires de soins internes et externes à la prison sont également en contact étroit les uns avec les autres, ce qui contribue à garantir la continuité des soins.

Trois organisations à but non lucratif spécialisées dans la prise en charge des toxicomanes fournissent des conseils dans ce domaine : iCare (Saint-Gillis/Berkendael), CAD Limburg (Hasselt) et Fédito Wallonne (Lantin).

Unités de crise en matière d'abus de substances

Neuf unités de crise de 4 lits chacune accueillent les patients en crise pendant une durée limitée de 5 jours. Une équipe intensive et multidisciplinaire (11 ETP) prend en charge environ 3 500 patients chaque année. La spécificité de ce projet réside dans le fait que le suivi se fait par casemanagement et qu’il existe une certaine affinité avec le groupe cible des patients ayant une problématique de consommation de substances psychoactives.

Treatment Demand Indicator (TDI)

Le TDI est l’enregistrement des demandes de traitement relatives à l’abus d’alcool ou à la dépendance aux drogues illégales. Environ 115 hôpitaux enregistrent 20 variables épidémiologiques par an. Cet enregistrement obligatoire (AR15/10/15) se déroule dans un cadre européen (EMCDDA) et est géré par Sciensano. Son financement a été inclus dans le Budget des moyens financiers (BMF).

Pour plus d'informations sur ce projet: workspaces.wiv-isp.be