Pay for performance

Dans le cadre de la réforme du financement des hôpitaux, l'introduction d'un programme Pay for Performance (P4P)1 devient une priorité évidente. « Pay for Performance » est un système qui récompense financièrement les hôpitaux qui obtiennent de bons résultats sur un ensemble choisi d'indicateurs. Ces indicateurs constituent une échelle de mesure de l'organisation et des processus au sein de l'hôpital, des soins dispensés et des résultats de santé au niveau des patients traités.

Les premiers ensembles d'indicateurs P4P pour les hôpitaux belges, composés d'un certain nombre d'indicateurs à l'échelle de l'hôpital et d'indicateurs liées aux pathologies spécifiques ont été développés en 2018 et en 2019. Ils doivent être considérés comme une première étape vers un programme P4P à part entière. Un démarrage modeste, le pragmatisme, la disponibilité de données nationales et la faisabilité à court terme sont les quatre éléments qui ont joué un rôle lors de la sélection des indicateurs. Dans les prochaines années, l'ensemble d'indicateurs sera optimisé.

Nous allons maintenant nous arrêter sur certains de ces indicateurs. De plus amples informations sur le programme « Pay for performance » et l'ensemble complet des indicateurs sont disponibles ici.

ACCREDITATION ISQUA

Dans une accréditation ISQua (International Society for Quality in Health Care)2 à l'échelle de l'hôpital, la qualité réelle des soins dans tout l'hôpital est contrôlée et comparée aux normes et standards élevés. L'accréditation des établissements de santé est une méthode d'évaluation externe, généralement volontaire, qui fait référence à une démarche professionnelle par laquelle un établissement de soins apporte la preuve qu'il satisfait, dans son fonctionnement et ses pratiques, à un ensemble d'exigences formalisées et présentées sous forme de manuel, c’est-à-dire « le référentiel » préconisé par un organisme d’accréditation. L’organisme d’accréditation ainsi que son manuel sont validés par un organisme extérieur indépendant, l’ISQua, reconnu des professionnels hospitaliers au niveau international. Il s'agit d'un exercice radical qui impacte tous les départements et tous les niveaux de l'hôpital. Les institutions de soins déploient d'importants efforts pour obtenir un certificat d'accréditation ISQua. Le programme P4P récompense financièrement aussi bien les hôpitaux qui ont déjà obtenu le certificat que ceux qui sont encore en phase préparatoire.

EXPERIENCES DES PATIENTS

Il est important de mesurer l'expérience des patients. Les patients devraient être impliqués en tant que partenaires actifs dans l'amélioration des soins. Les établissements de santé peuvent utiliser le feed-back des patients pour améliorer la qualité de leurs soins.

Le programme P4P 2019 évalue les expériences du patient de deux manières : le niveau de satisfaction du patient par rapport à son séjour à l'hôpital et la mesure dans laquelle le patient recommanderait l'hôpital à sa famille et à ses amis.

Infograph FR D2
PROPHYLAXIE ANTIBIOTIQUE DANS LE CADRE DE L'IMPLANTATION D'UN STIMULATEUR CARDIAQUE (PERMANENT)

La politique en matière d’antibiotiques et la gestion des infections constituent des piliers fondamentaux pour la qualité des soins et contribuent en outre à la sécurité du patient. La note stratégique du BAPCOC (Belgian Antibiotic Policy Coordination Committee) pour la période 2014-2019 souligne l’importance d’un suivi continu de plusieurs indicateurs de qualité dans les hôpitaux, parmi lesquels l’indicateur « Choix des antibiotiques dans le cadre de la prophylaxie chirurgicale ». Ce point est important pour optimiser l’utilisation des antibiotiques afin d’éviter le risque d’infection au niveau du patient individuel et de réduire le risque de résistance bactérienne pour la population en général. Ci-dessous un indicateur concernant l’antibioprophylaxie prophylactique est expliqué plus en détail. Cet indicateur mesure si le choix et la dose de l’antibiotique sont conformes aux directives antibiotiques pour la pose d’un stimulateur cardiaque (permanent)3; lci, l’instant et la durée de la prophylaxie ne sont pas pris en compte. L’antibiotique de préférence est la céfazoline (min. 1 gramme à max. 2 grammes par jour) et une alternative est le céfuroxime (1,5 gramme par jour).

En moyenne, en 2012, 2013 et 2014, dans 53,7% des séjours hospitaliers avec implantation d’un stimulateur cardiaque (permanent), la prophylaxie antibiotique a été réalisée conformément aux directives sur les antibiotiques. Nous constatons une grande variation entre les hôpitaux, 8% d’entre eux ayant atteint la valeur cible d’une moyenne de 90%.

En moyenne, en 2012, 2013 et 2014, dans 53,7% des séjours hospitaliers avec implantation d'un stimulateur cardiaque (permanent), la prophylaxie antibiotique a été réalisée conformément aux directives sur les antibiotiques. Nous constatons une grande variation entre les hôpitaux, 8% d'entre eux ayant atteint la valeur cible d'une moyenne de 90%.

[1] Annemans L, Boeckxstaens P, Borgermans L, De Smedt D, Duchesnes C, Heyrman J, Remmen R, Sermeus W, Van Den Broecke C, Van Herck P, Vanmeerbeek M, Willems S, De Gauquier K. Voordelen, nadelen en haalbaarheid van de introductie van ‘Pay for Quality’ programma’s in België. Health Services Research (HSR). Bruxelles : Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE). 2009. KCE Reports vol 118A. D/2009/10.273/50.

[2] http://isqua.org/docs/accreditation/cf-001-iap-application-form.docx

[3] Sanford, J.P., Gilbert, D.N., Chambers, H.F., Eliopoulos, G.M., Moellering, R.C., Saag, M.S. The Sanford guide to antimicrobial therapy 2012-2013 (Belgian/Luxembourg edition), 189-197.)