Autres informations et services officiels: www.belgium.be  belgium

Évolution du nombre de séjours/contacts

En 2008, le nombre total de séjours à l’hôpital (qui reprend les séjours en hospitalisation classique ou de jour et les contacts ambulatoires avec les services des urgences) était de 5.138.177. Ce nombre est passé à 6.214.325 en 2017.

Pour pouvoir comparer correctement cette évolution au cours du temps, il est nécessaire de regarder le nombre de séjours/contacts par 100.000 habitants. De 2008 à 2017, ce nombre augmente de 13,9%. Cela s’explique principalement par un nombre plus élevé d’hospitalisations de jour (+ 29%) et des contacts ambulatoires avec les services des urgences (+ 15,5%). Un autre enseignement est qu’à partir de l’année 2013, les séjours en hospitalisation de jour dépassent ceux en hospitalisation classique.

 

Le nombre de séjours à l’hôpital/contacts selon les régions [1]

En 2017, le nombre total de séjours par 100.000 habitants en Flandre était de 50.862 (+14,4% depuis 2008), de 58.495 à Bruxelles (+9,4% depuis 2008) et de 58.023 en Wallonie (+14,4% depuis 2008).

Un regard plus rapproché sur les 3 régions met en évidence quelques différences entre elles.

De manière générale, le taux de recours aux soins hospitaliers est moins élevé en Flandre que dans les deux autres régions, mais le recours à l’hospitalisation de jour y est sensiblement plus marquée et le nombre de contacts ambulatoires avec les services des urgences plus réduit. Le taux de recours aux services des urgences va du simple au double entre la région flamande et la région de Bruxelles-Capitale. Dans les trois régions, l’hospitalisation classique évolue de manière assez stable, elle reste un peu moins fréquente dans la région de Bruxelles-Capitale.

[1] Région de provenance du patient.

Nouveaux séjours à l’hôpital/contacts au cours de la semaine

16.947 séjours/contacts par jour

Pour l’année 2017, le nombre moyen de nouveaux séjours à l’hôpital et les contacts avec le service d’urgences par jour est de 16.947. Ce nombre moyen varie cependant selon le jour de la semaine. Le recours ambulatoire aux urgences reste assez stable, mais les séjours en hospitalisation classique diminuent progressivement du lundi au samedi et réaugmentent à partir du dimanche. Cette légère augmentation dominicale s’explique par des séjours pour des interventions chirurgicales programmées pour le lendemain matin.

Les séjours à l’hôpital de jour en semaine sont plus élevés que les autres types de séjours pris séparément et sont quasi inexistants durant le week-end.

L’âge et le sexe du patient

Environ un cinquième des usagers des services hospitaliers ont entre 55 et 70 ans. Il y a également un pic pour les enfants de 1 à 5 ans, qui s’explique principalement par un recours aux urgences ambulatoires plus élevé. Après 80 ans, les femmes totalisent un plus grand nombre de séjours à l’hôpital qui s’explique par une espérance de vie plus longue. La plus grande utilisation des soins hospitaliers par les femmes entre 20 et 40 ans par rapport aux hommes dans cette tranche d’âge est surtout liée aux accouchements.

Durée moyenne des séjours en hospitalisation classique

Depuis plusieurs années, les politiques des soins de santé ont incité à la réduction des durées de séjour par souci d’efficience et d’utilisation appropriée des infrastructures hospitalières sans nuire à la qualité des soins et en tenant compte de la situation spécifique des patients. Nous étudions ici d'une part l'évolution de la durée des séjours qui commencent dans un service aigu (sauf des séjours qui commencent en maternité)1 et d'autre part l'évolution des séjours qui commencent en maternité. Entre 2008 et 2017, la durée moyenne de séjour a diminué d’un jour dans ces services.2

Une analyse plus rapprochée du nombre de jours passés à l’hôpital pour des soins aigus et en maternité montre qu’un peu plus de la moitié des séjours dans les services de soins aigus ne dépassent pas 2 jours d’hospitalisation, et qu’en moyenne la durée de séjour pour des soins aigus se situe à 4,6 jours.

En maternité, dans 55% des cas, la durée ne dépasse pas 3 jours et 80% des séjours ne dépassent pas 4 jours.3

[1] Ici sont pris en compte les séjours entamés dans un service de chirurgie (index C), médecine interne (index D), pédiatrie (index E) et soins non-intensifs pour nouveau-nés (index NIC).

[2] Il se trouve que 81% des séjours en hospitalisation classique correspondent à des soins aigus (exclusif des séjours qui commencent dans la maternité), ce qui représente près d’1,5 millions d’hospitalisations en 2017. Les séjours en maternité représentent, quant à eux, 7,6% des séjours.

[3] Les séjours psychiatriques et chroniques ne sont pas inclus dans ces graphiques. Les séjours de plus de 10 jours (9% des séjours aigus, 2% des séjours en maternité) ne sont pas montrés dans ce graphique par souci de lisibilité.

Admission par les urgences

Les graphiques suivants décrivent les hospitalisations consécutives à un passage par les urgences, par rapport à des contacts ambulatoires dans les services des urgences.

REPARTITION SELON L'AGE

Dans le cas des enfants, des adolescents et des jeunes adultes, un contact ambulatoire aux services d’urgence conduit rarement à une admission. Cependant, de nombreuses personnes âgées sont admises après une visite au service d’urgence. Au-delà de 70 ans, dans plus de la moitié des cas, le contact avec le service d’urgence est suivi d’une hospitalisation traditionnelle. Une hospitalisation de jour après une visite aux services d’urgence ne se produit que très rarement.

REPARTITION SELON LES REGIONS

Près de 45% des contacts avec un hôpital en région flamande commencent par un passage aux urgences, contre un peu plus de 60% dans la région Bruxelles-Capitale et en région wallonne.

En Flandre, les services des urgences sont proportionnellement par 100.000 habitants moins utilisés et un tiers des passages par les urgences se poursuit avec une hospitalisation. Cette proportion est plus élevée que dans les 2 autres régions. En Wallonie et à Bruxelles, quatre patients sur cinq retournent à domicile après leur passage aux urgences. Ces résultats traduisent des usages différents des urgences.

Remarque : Les séjours en hospitalisation de jour sont inférieurs à 1 % du total et ne sont donc pas pris en compte dans ce chiffre.