Autres informations et services officiels: www.belgium.be  belgium

Types d’hôpitaux

Le présent document s’intéresse aux hôpitaux généraux. Il ne porte donc pas sur les hôpitaux psychiatriques (qui offrent exclusivement des soins aux personnes atteintes de troubles psychiques) ni sur les hôpitaux spécialisés (qui offrent exclusivement des soins gériatriques ou de revalidation ou palliatifs).

Infograph FR A1

Parmi les hôpitaux généraux, on peut distinguer 3 sortes d’hôpitaux :

LES HOPITAUX GENERAUX 'CLASSIQUES'

Il s’agit essentiellement d’hôpitaux qui accueillent les patients aussi bien de jour que de nuit pour une aide médicale spécialisée, et offrent des traitements de chirurgie et de médecine interne, complétés par diverses autres disciplines telles que la gériatrie, la maternité, la pédiatrie, la neuropsychiatrie ou la revalidation par exemple.

Certains hôpitaux atypiques rentrent aussi dans cette catégorie. Lors de la 6ème réforme de l’Etat, il avait été décidé de transférer, vers les entités fédérées, la compétence sur les hôpitaux spécialisés (offrant exclusivement des prestations de revalidation et/ou de gériatrie). Alors que certaines structures concernées ont choisi, à cette époque, de fusionner avec un hôpital général ‘classique’, d’autres ont préféré élargir leurs activités, généralement en y adjoignant des prestations dans le domaine de la psychiatrie. Par défaut, ces structures font aujourd’hui partie des hôpitaux généraux, bien que ne disposant pas de service de chirurgie ni de médecine interne.

LES HOPITAUX GENERAUX UNIVERSITAIRES

Ils possèdent les mêmes services que les hôpitaux généraux classiques, mais se voient également attribuer les missions de formation des professionnels de santé, de recherche scientifique et de développement de nouvelles technologies. Ils sont reliés à une université disposant d’une faculté de médecine proposant un cursus complet.

LES HOPITAUX GENERAUX A CARACTERE UNIVERSITAIRE

Il s’agit d’hôpitaux généraux qui se sont vu attribuer un certain nombre de lits universitaires dépendant d’une université.

Le 01/01/2019, sur les 103 hôpitaux belges, 28% sont publics, c’est-à-dire gérés par une autorité publique (commune, intercommunale, province, région…), et 72% sont privés et organisés en Asbl. Historiquement, ces derniers étaient l’émanation de congrégations religieuses, de mutualités, d’universités libres ou d’anciens hôpitaux d’entreprise. Toutefois, vu le nombre important de fusions entre hôpitaux au cours de ces dernières décennies, bon nombre d’institutions sont aujourd’hui un héritage issu à la fois du secteur public et du privé. La loi sur les hôpitaux s’applique indistinctement au secteur public comme au secteur privé et leur financement par les pouvoirs publics est identique.

En savoir plus sur l'emplacement et les services offerts par les différents hôpitaux: https://www.health.belgium.be/fr/sante/organisation-des-soins-de-sante/partage-de-donnees-de-sante/institutions-de-soins

Catégorisation des activités hospitalières

L’hôpital est caractérisé par son activité organisée en services, fonctions et programmes de soins.

Les services regroupent des activités auxquelles correspond une localisation précise au sein de l’hôpital. On distingue les services d’hospitalisation, où les patients résident pendant leur séjour à l’hôpital, et les services médicaux ou médico-techniques, où certaines prestations spécifiques nécessitant une expertise ou un appareillage particulier sont dispensées. Parmi les services médicaux, on peut citer les centres de transplantation ou centres pour les grands brûlés. Parmi les services médico-techniques, on peut citer les services d’imagerie médicale (CT-scan, RMN, Pet-Scanner…), les centres de génétique humaine, les services de radiothérapie ou encore les centres de dialyse rénale.

Les fonctions sont des activités hospitalières mises à disposition pour l’ensemble des services de l’hôpital. Plusieurs fonctions font l’objet de normes spécifiques et d’un contrôle de la part de l’autorité d’agrément (communauté ou région) : la pharmacie hospitalière, la fonction de soins palliatifs, les soins intensifs/d’urgence, la banque de sang hospitalière, la médiation, la prise en charge de la douleur, le laboratoire de biologie clinique…

Les programmes de soins peuvent être définis comme un cadre organisationnel permettant d’implémenter des « trajets de soins » pour un groupe-cible de patients. Ils résultent d’un agencement entre services d’hospitalisations, services médicaux ou médico-techniques et fonctions nécessaires pour une prise en charge de qualité.

Il existe actuellement plusieurs programmes de soins :

  • Le programme de soins ‘pathologie cardiaque’ qui est proposé aux patients présentant des troubles du rythme cardiaque ou une insuffisance cardiaque. Il comporte plusieurs sous-parties liées à différents types de traitements : procédures invasives ou interventionnelles, électrophysiologie, placement d’un pacemaker, transplantation cardiaque.
  • Le programme de soins ‘médecine de la reproduction’ qui englobe plusieurs activités telles que le diagnostic et le traitement de problèmes de stérilité, y compris l'indication de recourir à des techniques de PMA (Procréation Médicale Assistée).
  • Le programme de soins pour le patient oncologique, qui comporte une version ‘de base’ et une version plus spécialisée. Un programme spécifique est aussi décrit pour le traitement du cancer du sein.
  • Le programme de soins pour enfants, axé sur le diagnostic, le traitement et le suivi des maladies chez les enfants et prévoyant un encadrement, une infrastructure et des équipements parfaitement adaptés aux besoins des enfants.
  • Le programme de soins pour le patient gériatrique, qui s'adresse à la population de patients gériatriques ayant une moyenne d'âge de plus de 75 ans et qui requièrent une approche spécifique en raison de comorbidités ou de fragilités liées à l’âge. Le programme est axé sur le diagnostic, le processus thérapeutique et la revalidation du patient gériatrique en collaboration étroite avec les acteurs professionnels de la première ligne.
  • Le programme de soins pour les soins de l'accident vasculaire cérébral (AVC), subdivisé en 2 sous-programmes : l’un comportant des soins non invasifs, l’autre visant les traitements à caractère invasif.

Evolution de l’emploi dans le secteur des hôpitaux généraux

Globalement, le personnel soignant (infirmiers et aides-soignants) représente un peu plus de la moitié des équivalents temps-plein au sein des hôpitaux. Les chiffres1, rapportés dans le graphique ci-dessous, sous-estiment cependant largement l’activité médicale, car bon nombre de médecins y travaillent sous statut indépendant et ne sont donc pas renseignés comme ‘personnel de l’hôpital’.

 

On constate en outre, au fil du temps, que le volume d’ETP engagés par les hôpitaux augmente dans toutes les catégories professionnelles. Ceci peut sembler étrange compte tenu de la réduction du nombre de lits agréés, mais il convient de souligner que le nombre de séjours d’hospitalisation, donc de patients admis, continue lui à augmenter au fil du temps (voir ci-dessous - chapitre activité de soins au sein des hôpitaux généraux). Au total, en 4 années, le volume de personnel, dans les hôpitaux généraux et universitaires, a augmenté de 7.171 équivalents temps-plein(+6%).

 

[1] Source : Finhosta